Il etait une fois
 
Faire connaissance
 
Vivre avec
 
Le découvrir
 
Dedans et dehors
 
 
 
Contact
 
      
Chien Loup de Saarloos
Site d'information
 
 
La Socialisation
 
La socialisation est l’étape indispensable par lequel le maître du Saarloos doit passer avant d’obtenir un chien plus ou moins apte à rendre visite au monde des humains sans se servir de sa laisse comme moyen de trait pour celui qui est à l’autre bout. La socialisation permet également d’avoir un Chien Loup bien dans sa tête et donc équilibré. N’oublions pas que le monde des chiens et celui des hommes comportent des similitudes mais surtout des différences.
D’abord le Saarloos est un chien qui mûrit lentement et reste donc un chiot longtemps en dépit de sa croissance physique. Il convient donc de veiller à ne pas trop demander au jeune Saarlooset la patience sera la qualité première du maître. Des efforts trop intenses, des jeux trop fréquents demandent des qualités physiques que le Saarloos ne possède pas complètement avant l’âge d’un an.

Il y a donc des risques important en terme de santé physique et aussi psychique.
En effet, il faut bien comprendre que le chiot Saarloos fera tout pour rester avec vous (au sein de la meute, gage de survie dans le monde sauvage) et en conséquence, même épuisé, il luttera avec toute ses forces pour être au sein du foyer, avec le maître ou avec ses congénères. Cette lutte, qui souvent passe inaperçue par le maître peut avoir des effets irréversibles sur le chiot et le jeune chien. Il est donc déconseillé de parcourir des efforts important (notamment des sauts et des sprints) avec un Saarloos de moins d’un an. De petites courses de fond (faible allure, petit kilométrage) en progression seront idéal pour le Saarloos jeune.
Concernant le comportement, le principe de base est d’éviter toute situation non contrôlée et de protéger le chiot des agressions extérieures en lui permettant les découvertes progressives. C’est le rôle du mâle alpha au sein d’une meute de loup et c’est donc celui du « maître alpha » de la famille. L’apprentissage doit être lent, régulier, sans surprise et progressif. Il est inutile de confronter le Saarloos à toutes les situations urbaines et humaines en moins d’une semaine. Chaque chose en son temps. Il y a le temps de la voiture, le temps de la ville, le temps de la foule, le temps des expositions…mais n’attendez pas l’obéissance d’un berger ou d’un bouvier. Le Saarloos n’obéit pas mais accepte des règles de vie en famille…et de respect au maître, personnage le plus digne de confiance au sein de la meute humaine…




 
 



Newsletter
Recevez chaque mois un résumé de la vie du chien loup de Saarloos